Textes à dire : Empouah

EMPOUAH
On cherche un empouah. On est chercheurs d’empouah.
On était avant demandeurs d’empouah, on est actuellement à la recherche d’un empouah.
On n’arrête pas de chercher, on n’arrête pas de demander, on doit trouver un empouah, on doit retrouver un empouah.
On cherche pas bien, on n’est pas bien positionnés, on n’est pas remotivés.
On n’aura pas comme ça de travail, on n’aura pas d’empouah.
On n’a pas confiance en soi, on a perdu l’estime de soi, on va faire un atelier d’affirmation de soi, on va retrouver l’estime de soi.
On a des techniques de recherches d’empouah, on a de l’élaboration de projets professionnels, on a des modules de préparation à l’insertion.
On a des conseillers, on a des coachs, on a des consultants.
On a des opérateurs d’accès à l’empouah.
On a des prestations d’évaluation, on a de la mobilisation multi-métier, on a de l’immersion en entreprise.
On fait des présentations, on fait des simulations, on fait des entretiens, on fait des vidéos.
On sait maintenant quoi faire avec ses mains, on sait comment on doit respirer, on sait où il faut regarder.
On voit bien ce qu’il faut pas faire, on voit bien ce qu’il faut pas dire, on voit bien comment on est, on voit bien comment on devrait être, on voit bien comment il faudrait qu'on soit.
On a de l’entretien-conseil pour envisager le changement, on a de l’aide au positionnement, on a du soutien pour accompagner les mutations vers de nouveaux positionnements.
On s’est présenté, tout le monde s’est présenté, on a fait des présentations croisées. On s’est mis à la place du voisin, on a pris la place de l’empouayeur. On a dit au voisin ce qui n'allait pas bien chez lui, le voisin nous a dit ce qui n'était pas bien chez nous.
On a un cévé, tout le monde a un cévé. On ne peut pas tout mettre dans le cévé. On fait un autre cévé. On ne met pas tout dans le même cévé. On refait un cévé avec ce qu’on prend dans les autres cévés. On ne doit pas tout mettre dans tous les cévés. On n’a pas encore le bon cévé. On peut faire encore un cévé avec ce qu’on a laissé dans les autres cévés.
On me dit, il est bien ton cévé, tu devrais continuer à faire des cévés. On me dit, c’est normal que tu trouves pas, il est nul ton cévé, t’aurais pas un autre cévé  ?
On doit faire ressortir la singularité de son expérience, on doit rendre compte de sa connaissance précise de l’entreprise, et alors après, on doit dire en quoi la rencontre de nos deux spécificités peut être enrichissante.
On doit éliminer toute connotation négative, on doit éliminer aussi tous les mots inutiles. On ne doit rien mettre entre parenthése, on ne doit pas laisser de petits points de suspension.
On va faire une liste de toutes les actions réussies de notre vie, on va se rappeler tous les succès de notre vie, si petits soient-ils. On va noter les qualités qu’on a dû mettre en œuvre pour y arriver. Et après, on va relire la liste régulièrement. 
On va harmoniser le langage de notre corps avec notre pensée et avec nos paroles. On va mettre en cohérence son image, sa personnalité, et ses aspirations. On va faire du relooking.
On a confiance en soi, on est remotivé, on est relooké, on est coaché, on est cadré, on est recraché sur le marché de l’empouah. On est chercheurs d’empouah, on va trouver un empouah, on va le retrouver.
On a des savoir-faire, on a été chercher nos savoir-faire, on va maintenant faire savoir qu’on a des savoir-faire.
On va voir ce qu’on va voir.
On n’est pas chômeurs, on n’est plus demandeurs, on est chercheurs d’empouah.
On n’arrête pas d’avoir confiance en soi, on n’arrête pas les cévés, on n’arrête pas les entretiens, on n’arrête pas de se présenter.
On n’arrête pas de chercher de l’empouah. On cherche rien d’autre, on fait rien d’autre, on rêve à rien d’autre, on travaille à la recherche de l’empouah.
On ne sait plus qu’on n’a plus de travail, on n’a plus que l’empouah à chercher, on trouvera l’empouah, on le retrouvera.
On le recherche et on le retrouvera, l’empouah. On n’arrêtera pas, un jour , de le retrouver.
On a un travail, c’est de chercher de l’empouah. On veut pas d’autre travail, on a assez de travail comme ça avec la recherche d’empouah.
On travaille rien que pour ça, pour chercher de l’empouah.
On travaille tellement bien à faire comme si on travaillait qu’on oublie des fois qu’on travaille juste à la recherche de l’empouah.
On oubliera qu’on ne travaille pour rien d’autre, on oubliera qu’on n’a rien à faire d’autre que refaire le cévé, refaire la présentation, l’entretien, la motivation.
On n’aura plus de métiers, on n’aura plus de passions, on n’aura plus d’aventures, on n’aura plus de travaux.
On ne verra plus de jours, on ne traversera plus de nuits.

On n’aura plus de chemin, on n’aura plus de refuge, 
 
on ne verra plus de traces sous nos pas, on n’habitera plus avec nos habitudes.

On n’aura plus un remords, plus un cri, plus un silence.

On n’aura vraiment plus de travail.
































































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire